Entretien avec Fanja Rajaofera

Pour son Amour pour l’Ile et pour la France elle créé Korosol…

Présente-toi, quel est ton parcours ?

47 ans, franco-malgache, comme Joséphine Baker j’ai deux amours la France et Madagascar entre lesquels je partage ma vie personnelle et professionnelle depuis plus de 10 ans. De formation management et marketing, j’ai un parcours multidisciplinaire en France, Océan Indien et Afrique dans les secteurs Conseil aux entreprises, Solidarité internationale et Entreprenariat social. J’ai toujours eu en tête le projet de faire connaître au monde la grande richesse en ressources naturelles et en talents créatifs de mon île au-delà de la grande pauvreté trop souvent représentée. Alors fin 2016, riche de mes expériences et convaincue que l’artisanat contemporain peut être un modèle entrepreneurial de développement durable, j’ai fondé KORÕSOL.

Peux-tu nous parler du concept de KOROSOL ?

L’objet de KORÕSOL est de promouvoir et de diffuser à l’international la nouvelle génération de créateurs artisans entrepreneurs de Madagascar et sa diaspora qui contribuent activement à leur niveau au développement durable de la grande île. Il s’agit d’offrir à une sélection de marques contemporaines une visibilité large, une vitrine commerciale et un accompagnement personnalisé dans leur projet de développement en France et à l’étranger. Et aussi de proposer à une clientèle exigeante des produits de qualité, authentiques, originaux qui racontent une histoire. KORÕSOL, c’est donc un concept global et multicanal avec des boutiques itinérantes et éphémères, un e-shop, un blog, un showroom et des services dédiés.

Comment sélectionnes-tu les marques que tu distribues ?

C’est d’abord un coup de cœur pour la marque et ses produits qui allient qualité, artisanat, modernité et démarche éco-socio-responsable. C’est ensuite une belle rencontre humaine avec le créateur/artisan/entrepreneur qui partage les valeurs de KORÕSOL autour de l’authenticité, l’interculturalité, la solidarité, l’éthique. Et enfin l’envie de construire un partenariat durable basé sur la confiance, la simplicité et la transparence.

Pour toi, l’éthique c’est quoi ?

Pour moi, c’est d’abord une prise de conscience que notre activité a un impact sur notre environnement que ce soit au niveau écologique, social et/ ou économique. Si nous voulons que cet impact soit positif, il nous faut adopter une démarche en cohérence – c’est-à-dire responsable, transparente, équitable - dans notre façon de créer, produire, distribuer. Pour une marque, cela se traduit par des engagements concrets qui peuvent être environnementaux à l’image de Madagas’care avec son engagement « 1 produit acheté =1 arbre planté » pour lutter contre la déforestation, véritable fléau à Madagascar. Pour KORÕSOL, c’est soutenir financièrement des associations qui ont des projets socio-éducatifs à Madagascar.

Pour toi, ça veut dire quoi « être une Mada’Star » ?

Appartenir à la communauté de Madagas’care et être ambassadrice de la marque en tant qu’utilisatrice des produits parce que je suis fan des valeurs que véhiculent la marque.

Maintenant que tu es une Mada'Star convaincue et engagée évidemment, veux-tu bien nous partager un secret de beauté malgache 😉 ?

J’ai les cheveux longs, très secs avec les pointes qui s’abiment facilement. Pour les hydrater et les réparer, je fais chaque semaine un masque avec de l’huile d’ylang ylang reconnue pour apporter force et brillance aux cheveux.
Ma recette : mélanger 2 c.à.s. de miel liquide, 2 c.à.s. d’huile d’avocat, 5 gouttes d’huile essentielle d’ylang ylang. Appliquer sur toute la chevelure et laisser poser pendant au moins 1 heure. Rincer. Cheveux assouplis et brillants garantis !

En images…

Retour sur cette fabuleuse rencontre...

Tout savoir sur KORÕSOL

logo-Korosol

L’éloge de la lenteur sous les mains de Lalao Noro

Mai est notre mois préféré  ☺ . On se met à rêver, on organise nos prochains week end, nos escapades plus ou moins lointaines, on veut déconnecter de cette activité intense que nous avons dans nos vies.

Madagascar cette île aux mille facettes se présente comme un havre de paix, un petit bout de paradis. Mais Madagascar reste avant tout un lieu unique avec une aura de beauté qui classe cette région du monde comme une destination incontournable pour se reconnecter à la Nature et faire connaissance avec la fascination … de la lenteur !

Ce n’est pas pour rien que le terme « Mora Mora » (qui signifie la lenteur ou la facilité), est un qualificatif qu’on associe directement à Madagascar. Pour cela, vous êtes à bonne école ! Sourire et Patience sont les maitres-mots ;p. Vous apprenez à ne plus être dans l’urgence ! Vous apprenez à déconnecter ! Bienvenue à Madagascar !

Alors, lorsque nous avons rencontré Lalao Noro, nous avons immédiatement pensé à un partenariat ensemble. Sa personnalité et son expertise nous ont séduits. Nos cosmétiques naturels alliés à son savoir-faire d’esthéticienne et praticienne,  pour prodiguer des soins visage tout en alternant les rituels ancestraux de Madagascar et les dernières technologies esthétique de pointe, ne pouvait que donner des résultats satisfaisants.

Quoi de mieux que de travailler avec une femme exceptionnelle, passionnée et dotée d’un don précieux pour vous emporter vers La Grande Ile avec des tituels de massages et des soins d’exception !

Avec Lalao, vous déconnectez. Réellement…. Et vous découvrez ce que signifie le terme « Mora-Mora » veut dire. Concrètement.

Nous pouvons tous agir pour notre terre

Agir pour notre terre : des gestes quotidiens

Aujourd’hui c’est la journée de la terre et nous allons vous expliquer que nous pouvons tous agir pour notre terre et pour sa sauvegarde.

Il y a peu de temps, j’avais rendez-vous, avec Emma pour travailler comme à notre habitude, à La Maison de la Cosmétique.  Nous avons pris un thé que j’avais choisi issu d’une agriculture durable (vous imaginez bien). Mais cette fois Emma n’était pas comme d’habitude… La pluie ? Non ! Il fait anormalement beau… Cependant, le climat est bien la source de sa déprime… Nous parlons de plus en plus de la climato-dépression (sisi ça existe). Afin d’éviter de tomber dedans, Madagas’Care a décidé vous donner quelques conseils : parce qu’à tous niveaux, nous pouvons tous faire quelque chose pour sauver notre planète.

Réduire sa consommation d'énergie

Réduire sa consommation d’énergie

De plus en plus démocratisée, l’énergie verte n’est pas encore dans votre to-do list ? Donc, pas de stress, il y a tout un tas de petits gestes à faire tous les jours : ne pas surchauffer la maison et si vous avez froid, privilégier un petit pull. Éteignez, si possible, votre chauffage la nuit. En définitive vous agirez pour la terre, vous ferez des économies et petit bonus, vous dormirez mieux !

alimentation

L’alimentation : agir pour notre terre passe aussi par l’assiette

Agir pour notre terre passe aussi par nos assiettes ! Les impacts sont immédiats si vous favorisez des produits locaux et de saison. Choisissez des matières premières issues d’une agriculture bio, engagée ou bien encore responsable.

Changez vos habitues de consommation

Changez vos habitudes de consommation

Je deviens un consommateur responsable, un consommacteur ou une consommactrice. Comment je fais ? J’achète des produits sans huile de palme, j’évite tous les colorants et conservateurs nocifs pour la santé (de surcroît). Mon dernier iPhone ? Je l’achète reconditionné. Enfin même si je suis fashion, j’évite de remplir mon dressing de vêtement que je ne mettrais pas… Allez un petit effort 😉

Recycler des déchets

Triez et réduisez vos déchets

Ce point est étroitement lié au précédent. De même que vous allez désormais faire attention à vos achats, vous pouvez prioriser sur des produits dont les emballages se trient ou bien se recyclent. Ce n’est pas bien compliqué et ça réduit des tonnes si tout le monde s’y met. Puis si vous ne savez pas par quoi commencer regardez ce joli coffret entièrement recyclable en un joli cadre à accrocher.

Opter pour une voiture électrique

Évitez de prendre votre voiture pour un oui ou pour un non

Exit les véhicules à carburants, ma prochaine voiture, elle sera électrique ou hybride. En attendant, je prends mon vélo, le métro et je marche. En plus, c’est bon contre la dépression et pas que la climato-depression. Pour les longs trajets, je choisis le co-voiturage.

Motiver ses amis à sauver les loutres

Je m’organise et je convaincs d’agir pour notre terre

Plutôt que passer le weekend en mode loutre sur le canapé, je vais les sauver ! Enfin c’est une image pour dire que vous pouvez tout à fait organiser des actions pour ramasser des déchets en forêt, sur la plage. Le trashtag challenge est un exemple parfait. Le concept ? Trouver un endroit rempli de déchets et le nettoyer. À la fin, vous pouvez partager sur les réseaux sociaux. Pour la prise de conscience et les loutres, c’est super efficace

Sensibiliser les enfants à lécologie

Sensibilisez les enfants à agir pour leur terre future

Les enfants, nos enfants sont les prochains gardiens de notre terre. Sans tomber dans la psychose (loin de nous l’idée de les traumatiser), il est bon de leur apporter des informations claires pour leur faire prendre conscience qu’ils auront eux aussi du travail pour l’environnement. Les actions peuvent débuter des aujourd’hui avec vous…

Consommer moins d'eau

Attention à votre consommation d’eau

Il faut apporter une attention toute particulière à ce point. Nous devons tous prendre conscience que l’eau est une ressource très clairement menacée. Par conséquent, notre devoir à tous est de faire très très attention à notre consommation. Pour vous aider, pensez à toutes ces personnes, dans le monde entier qui en manquent et n’oublions pas que nous sommes privilégiés.

Un soin acheté un arbre planté

Puis bien entendu, dans votre salle de bain

Agir pour la planète, dans la salle de bain est une évidence pour Madagas’Care c’est même notre leitmotiv au quotidien. C’est pourquoi dans notre gamme il y a des soins qui permettent de replanter un arbre à chaque achat, mais aussi des accessoires qui permettent de réduire les déchets.

Mais au fait c’est quoi la climato-dépression ?

C’est un sujet médical très sérieux. L’état de notre planète est tel que certaines personnes angoissent au point de déprimer. Cette forme de dépression touche particulièrement les acteurs professionnels du climats qui se sentent impuissants. Il serait tout de même dommage d’en arriver là, n’est-ce pas Emma ?

Illustration lémurien : Mono blanco

Entretien avec Marie Nomena Allimant

C’est entre 2 biberons, dans sa jolie villa sur l’ile de la Réunion, que Marie nous a donné rendez-vous.

Marie est une jeune femme passionnée qui nous raconte son quotidien,
comment lui est venu son amour pour la forêt malgache,
et aussi qui partage avec nous sa routine beauté naturelle !

Présente-toi, quel est ton parcours ?

Je m’appelle Marie Nomena, je suis métisse franco malgache, née à Paris, et je suis partie vivre quelques années à Madagascar après mes études, afin de réaliser un rêve. Mon rêve est de participer à la sauvegarde du patrimoine environnemental malgache, tout en créant des emplois et des revenus pour toutes les parties prenantes. Aujourd’hui je vis à la Réunion, je suis maman de 2 enfants, et professionnellement je jongle entre mon activité de reforestation et mon métier d’expert-comptable.

Comment t'est venue l'idée de reboiser Madagascar ?

Je me souviens du premier numéro du magazine du commandant Cousteau, je devais avoir 7 ans.. La une portait sur la déforestation à Madagascar, et sur ses terribles conséquences : moins de pluie, plus d’érosion, moins de biodiversité, moins de poissons dans les mers, les sols appauvris.. Et chaque année, lorsqu’avec mes parents nous allions rendre visite à notre famille, nous étions les témoins impuissants des feux qui ravagent le pays en saison sèche.

Et puis un jour, des années plus tard, j’ai eu cette idée de créer un nouveau modèle de reforestation, qui permette d’impliquer des personnes à l’autre bout du monde, des personnes qui parrainent des arbres, afin que sur place, nous puissions planter et créer des emplois sur le long terme, à travers des sources de revenus complémentaires (via la production de miel, de tisanes, de vers à soie sauvage, de manioc...).

Comment ont été choisis les terrains/régions à replanter ?

Le choix des terrains fut difficile, il fallait trouver des zones accessibles, des terrains inutilisés, avec un climat correct. Le 1er site se trouve près de mon village d’origine, dans le sud-est de l’Ile, afin que je puisse m’appuyer sur place de personnes de confiance. Le climat est rude, c’est pourquoi nous ne pouvons planter d’arbres fruitiers, mais nous avons adapté notre sélection d’essences en fonction.

Peux-tu nous raconter l'histoire d'un arbre Alamanga : quelles sont les étapes depuis la graine jusqu'à l'apparition d'une forêt ?

Les premiers arbres ont maintenant 9 ans, aussi nous pouvons récolter leurs graines pour la prochaine plantation ! Auparavant nous les achetions auprès du Silo National des Graines Forestières, un organisme public malgache, possédant un très beau catalogue de graines.
Une fois récoltés nous les conservons jusqu’au mois d’Août, période de mise en place de la pépinière. Chaque année, nous reconstruisons les allées et les ombrières qui abriteront nos futurs petits plants.

Les graines sont semées dans des pots, à raison de 2 graines par pot, et sont arrosées tous les matins à l’aube. Certaines espèces sont semées directement dans le sol, et lorsque les plants sortent de terre nous les re-piquons dans des pots.

Pour remplir les pots, nous faisons livrer des charrettes de sable et de fumier de zébu, afin de préparer un mélange fertile. Le sable est passé au tamis, le tout est mélangé et empoté. Pour l’entretien de la pépinière nous renforçons l’équipe de 2 ou 3 femmes, car en plus de l’arrosage, il faut désherber, nettoyer, trier, repiquer et surveiller les éventuelles maladies.

Pendant ce temps, des hommes préparent le terrain, préalablement labouré, en traçant des lignes grâce à des piquets et des fils, pour former des parcelles de 1 hectare, constituées de 33 lignes, elles-mêmes matérialisées par 33 trous. C’est un travail physique, qui ne peut commencer qu’après les premières pluies, soit en novembre ou en décembre selon les années. Les pluies assouplissent le sol, resté sec pendant plus de 7 mois. Les hommes utilisent leurs « angady », ce sont les pelles locales, l’outil indispensable à tous les cultivateurs malgaches.

Enfin, nous surveillons la météo, et quand une grosse pluie s’annonce, une organisation de fourmis se met en place, afin de planter beaucoup, et très vite! Car les jeunes plants fraichement plantés ont besoin d’eau très rapidement, pour survivre, et nous n’avons pas de système d’irrigation ou d’arrosage sur le terrain. Les pots sont acheminés vers le lieu de la plantation, les plants sont mis en terre, et la terre est ensuite bien tassée, pour bien entourer les racines, et créer un réservoir pour l’eau de pluie.
Les plants grandissent ensuite, au cours de l’année nous taillons les branches les plus basses et coupons les herbes hautes alentours, et surveillons les éventuelles attaques (de termites, de papillons) ou maladies.

Qu'a apporté à Alamanga le partenariat avec Madagas'Care, comment s'est construite votre relation ?

Madagas’Care est notre premier partenaire direct, car auparavant nous ne travaillions qu’avec des intermédiaires. Grâce à Madagas’Care, nous créons un lien direct avec une belle entreprise partageant nos valeurs, et cela donne encore plus de sens à notre action. Sandrine est une personne qui m’inspire beaucoup par son dynamisme et sa fraîcheur, et qui m’apprend à mieux partager les réalisations d’Alamanga et à prendre du recul. C’est un partenariat enrichissant, révélant une bonne complémentarité entre nous!

J’aime l’idée que les Mada’Stars soient des femmes, soucieuses de leur santé et de l’environnement, et qu’elles puissent grâce à Madagas’Care contribuer et être sensibilisées à la préservation des forêts malgaches tout en prenant soin d’elles.

Maintenant que tu es une Mada'Star convaincue et engagée évidemment, veux-tu bien nous partager un secret de beauté malgache 😉 ?

L’huile de ricin pure sur mes cheveux, malgré une odeur et une texture étranges, que j’utilise beaucoup actuellement! Comme je viens d’avoir une petite fille, la chute d’hormones entraîne une chute de cheveux, et cette huile favorise la repousse. J’en mets également sur les cheveux de mon bébé, et transmet ainsi une tradition familiale malgache. Impossible de ne pas évoquer l’huile de coco aussi, pour tous les usages, et sur tout le corps !

Mon meilleur moment sous la douche ?

« C’est celui que je passe avec le gel douche exfoliant de ma marque favorite ☺. Un produit qui me laisse la peau douce après un vrai moment de détente ! »
En grand et en petit format… Le gel douche exfoliant au Gotu Kola de Madagascar de notre marque. Un produit qui correspond aux valeurs que nous partageons avec Marie...

En images…

Retour sur cette fabuleuse rencontre...

S.A.V.A, destination Vanille !

Pour ceux qui ne connaissent pas la région SAVA, c’est tout simplement la capitale mondiale de la vanille, et Madagas’Care Cosmétiques y source sa Vanille pour la proposer dans ses soins. 

Cette magnifique région située au Nord-Est de l’ile, est composée de 4 districts : S… comme Sambava, A… comme Antalaha, V… comme Vohémar et A… comme Andapa, et s’étend sur 25.000 km², soit environ vingt fois la ville de New York ! 

C’est aussi la région la plus verte de Madagascaravec une forêt dense ombrophile de moyenne altitude.

Une multitude de paysages encore préservés du tourisme de masse, un sanctuaire végétal à préserver coûte que coûte, fait de la région SAVA, le véritable poumon vert de Madagascar. Elle rassemble la quasi-totalité des forêts primaires de l’île, ainsi que de nombreuses cocoteraies, rizières, vergers, mais aussi des plantations de vanille, de café, de poivre et de girofle. 

Coté climat, la région SAVA se prête parfaitement à l’accommodation du vanillier, l’épice vedette des desserts dans le monde, et le graal des parfumeurs. 

Mais connaissez-vous cette vanille qu’on appelle « Bourbon » ?

La vanille Bourbon ou « Vanilla planiforia » désigne non pas une qualité de Vanille, mais bien une variété. Seule la Vanille en provenance de l’océan Indien (Ile de la Réunion, Madagascar, Les Seychelles, Archipel des Comores) bénéficie de cette appellation dit « Bourbon ». Historiquement, c’est un label créé en 1964 pour différencier les productions de vanille de l’Océan Indien par rapport aux productions mexicaines ou tahitiennes.

Incontournable elle reste la vanille de référence et de préférence : une vanille de couleur noire, grasse et souple, aux parfums délicats et floraux, développant de fortes notes gourmandes, chaudes de cacao. 

Madagascar produit actuellement 60% de cette vanille et est le principal pays producteur et exportateur qui exporte en moyenne 1500 tonnes de vanille chaque année.

Notre Vanille vient de cette belle région !

Elles sont récoltées et préparées en collaboration avec notre partenaire local qui dispose de sa propre plantation et récolte également auprès des autres producteurs de la région.

Retrouvez toutes les vertus de la Vanille sur notre fiche ingrédient et dans notre LAIT CORPS

Un parfum vanille 100% d’origine naturelle, (composée de matières premières acceptées par Ecocert) avec des notes florales exotiques et un cœur vanillé et balsamique suave et gourmand  pour un soin corporel “cocoon” doux et exotique.

Madagas’care Cosmétiques offre aux consommateurs des produits naturels efficaces et d’une grande qualité.

Des Cartes à Planter

Nous vous présentons Melissa, D’encre et de Sel ! Elle vient du sud de la France. Cette jeune illustratrice nous plait dans sa façon de voir la vie et surtout par son coup de crayon frais et léger. Elle aime les voyages, comme vous et nous. Elle a besoin d’évasion dans son quotidien, comme vous et nous. Et elle a cette sensibilité au naturel qui lui est cher, comme vous et nous !

Nous avions envie de faire ensemble quelque chose de grand et durable ! Et qui se partage ! De là est venue l’idée de cartes… le moyen le plus agréable de faire passer un message fort, attentionné et qui reste, à ceux qui nous sont chers !

Des cartes, oui, mais on a voulu aller plus loin encore… des cartes qui poussent et qui vivent plutôt que de rester au fond d’un tiroir ! Des cartes ensemencées ! Oui oui, vous lisez bien ! Avec Melissa, Madagas’Care vous propose des cartes à planter !

Une belle illustration de Melissa, un petit mot que vous écrivez à vos êtres chers, le tout bien planté et arrosé… au final, de jolis coquelicots !! Pour chaque soin Madagas’Care acheté, un arbre est planté : quoi de plus logique que de vous proposer ces cartes à planter !?!

Faites vous plaisir et faites plaisir avec un cadeau original en offrant la Carte à Planter Madagas’Care disponible dans notre e-shop ICI

Et nous vous recommandons vivement de suivre le compte d’Encre et de sel sur Instagram car Mélissa est une petite fée de la tablette et des pinceaux !

Bonnes fêtes de fin d’année à toutes et tous.

Blanchir ses lingettes démaquillantes naturellement

Nos recettes pour blanchir ses lingettes démaquillantes naturellement, et les préserver plus longtemps !

Adopter des produits naturels aussi bons pour le corps que pour la planète et limiter notre impact sur l’environnement, tel est notre but chez Madagas’Care Cosmétiques.

On vous en a déjà parlé, c’est dans la salle de bain que nous pouvons déjà commencer à faire quelque chose (retrouvez tous nos conseils pour une green attitude dans la salle de bain) : en remplaçant les petits disques de cotons que l’on jette par centaine sans s’en rendre vraiment compte, par des lingettes démaquillantes réutilisables !

Une fois ce geste adopté, il s’agit de savoir les entretenir et faire en sorte que ces super-lingettes durent plus longtemps. Car si chaque lingette remplace jusqu’à 600 disques de coton à démaquiller en coton traditionnel, rien ne vaut un bon décrassage pour les faire perdurer !

Les laver à la machine à 40° toutes les semaines, c’est très bien, mais cela ne les nettoie pas en profondeur : les traces de maquillage tâchent et la lingette blanche vire au marron. Rien ne vaut donc une petite attention particulière, tous les 3-4 mois, en les décrassant bien comme il faut avec des produits naturels pour qu’elles retrouvent douceur et éclat.

Comment entretenir ses lingettes démaquillantes au quotidien ?

  • Après le démaquillage, rincez les lingettes à l’eau froide pour enlever le plus gros. (au fait, vous avez lu nos astuces pour un démaquillage naturel ? C’est par ici…)
  • Frottez la tâche avec – par exemple – un savon de Marseille puis rincez-les.
  • Laissez-les sécher suspendues avec l’étiquette sur le côté de la lingette.
  • Rangez-les dans un grand filet ou une taie d’oreiller lorsque vous les passez à la machine et éviter ainsi de les perdre. Pour les voir ressortir bien propres des 2 côtés, on vous recommande de les mettre dans un grand sac filet. Trop serrés elles risquent de mal se laver.
  • Lavez-les avec du linge blanc afin qu’elles ne grisent pas.
  • Pour les blanchir naturellement mettez-les à sécher au soleil. Le soleil possède un fort pouvoir blanchissant et désinfectant.

Comment laver en profondeur ses lingettes démaquillantes ?

Si malgré les précautions que vous prenez au quotidien pour les garder blanches, elles sont tout de même ternes ou tâches, voici deux recettes pour le nettoyage en profondeur.

Le plus économique et logique sera de regrouper toutes vos lingettes en même temps et de procéder à un lavage groupé !

Recette 1 :

  1. Dans un saladier, versez 2 cuillères à soupe de bicarbonate de soude dans 1 L d’eau presque bouillante.
  2. Remuez puis ajouter 1 verre de vinaigre blanc.
  3. Laissez tremper toute une nuit
  4. Laver en machine à 40°C ou 60°C avec votre linge clair/blanc

Recette 2 (si vos lingettes sont très très très sales) :

  1. Dans un saladier, versez 2 cuillères à soupe de percarbonate de soude pour blanchir les tissus.
  2. 1 cuillère à soupe de cristaux de soude pour enlever les résidus de gras.
  3. Rajouter 1 goutte d’huile essentielle de ravintsara OU de tea tree pour désinfecter.
  4. Verser de l’eau presque bouillante pour dissoudre le gras et les poudres. (Attention, ça va mousser !!).
  5. Laissez agir 12 à 24 heures avant de les essorer.
  6. Laver en machine à 40°C ou 60°C avec votre linge clair/blanc.

 

Lingettes lavables 300 fois… et après ?

En moyenne, nos lingettes démaquillantes en coton et en bambou perdent leur douceur et sont en bout de course au bout de 300 à 500 lavages : Pensez à les renouveler ! Avec ce nouveau geste de beauté éco-responsable, vous allez devenir une pro de la lutte contre le gaspillage pour un mode de vie plus écologique !

Retrouvez dans la boutique les lingettes démaquillantes réutilisables Madagas’Care !

Go For Good

Depuis le mois d’août et jusqu’au 22 décembre, Madagas’Care Cosmétiques participe au mouvement GO FOR GOOD organisé par les Galeries Lafayette.

Parce que vous êtes des femmes engagées, parce que nous sommes une marque engagée pour vous et la Planète, nous sommes extrêmement fiers de représenter la beauté au naturel dans ce prestigieux magasin.

Go for Good, c’est quoi ?

En 2018, les Galeries Lafayette lancent Go for Good, un mouvement global pour une mode et une beauté plus responsable. Une démarche collective et créative pour vous proposer une sélection de produits plus justes, mais aussi des rencontres, des événements et des services qui ont du style et du sens.

Go for Good, c’est une démarche collective et déterminée qui rassemble près de 500 marques et partenaires.

Go for Good, c’est un ensemble d’événements et d’actions concrètes en faveur de nouvelles formes de production et de consommation. Go for Good, c’est le mouvement de celles et ceux qui allient la recherche de style et la recherche de sens.

La sélection Go for Good

La démarche de sélection des Galeries Lafayette est axée sur trois valeurs : environnement, social ou local, selon un cahier des charges précis (ICI). La sélection met en avant des initiatives de marques en faveur de modes de production ou de consommation plus responsables : toutes les valeurs que nous portons chez Madagas’Care !

Retrouvez-nous !

Nos soins sont disponibles dans le rayon beauté des Galeries Lafayette Rosny 2 (Avenue du général de Gaulle à Rosny-sous-bois). Vous pouvez également les retrouver dans la Box Beauté des Galeries, jolie sélection de produits de créateurs.

Mais surtout, rencontrons-nous et venez découvrir nos soins, nos accessoires zéro-déchets et nos nouvelles cartes ensemencées pour envoyer vos vœux ou accompagner vos cadeaux avec un mot qui fleuri.

Nous serons présents pour vous recevoir les 8 et 29 septembre, les 6 et 20 octobre, les 23 et 24 novembre 2018, le 1eret les 21 et 22 décembre 2018 ! On vous attend avec impatience !

A très vite !

7 astuces pour préparer sa peau au soleil

7 astuces pour préparer sa peau au soleil : ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire !

Le soleil est bon pour le moral et la santé car il aide à fixer certaines vitamines dans notre corps. Avec les vacances qui approchent, nos envies de teint halé refont surface inexorablement… Mais pas question de se ruer sur les capsules solaires ou les séances d’UV!

Alors, pour profiter du soleil cet été, on prépare dès maintenant notre peau avec des solutions naturelles !

Pourquoi doit-on préparer sa peau au soleil ?

La peau est un organe fragile. S’exposer au soleil fragilise les cellules de la peau et accélère le vieillissement cutané. Préparer sa peau avant de s’exposer, c’est mieux bronzer tout en se défendant des rayons UV.

1. Une bonne alimentation

Première mesure pour préparer naturellement sa peau au soleil : soigner le contenu de son assiette ! L’alimentation reste le meilleur moyen d’offrir à notre organisme de quoi nourrir notre peau. Faites le plein de vitamines A, de minéraux et de bêta-carotène grâce à une alimentation diversifiée et riche en fruits et légumes. Votre peau n’en sera que plus belle naturellement !

  • Les aliments riches en bêta-carotène sont connus pour protéger la peau et donner un effet bonne mine. Le bêta-carotène est un antioxydant qui permet de réparer les cellules cutanées endommagées ou oxydées par le soleil. On le trouve dans les agrumes, les mangues, les abricots, les légumes du soleil (carotte, tomate, poivron et patate douce).

On vous donne une première astuce : le macérât de carottes.
Il s’utilise sur la peau comme huile protectrice, pure ou mélangée avec des huiles essentielles.
Appliqué pendant 15 jours avant l’été, il prépare la peau au soleil, procure un léger effet autobronzant naturel et hydrate la peau.

Seconde astuce naturelle : L’huile essentielle de carotte
1 mois avant les vacances, ajoutez 5 gouttes d’huile essentielle de carotte dans votre soin corporel et 1 goutte dans votre crème visage.
Cela prépare la peau et accentuera le bronzage en redonnant de l’éclat à votre teint.
Précision : l’huile essentielle de carotte est contre-indiquée en cas d’hypertension.

 

  • Les aliments riches en vitamine A

Il sont très bons pour le système immunitaire (entre autres). Naturellement contenue dans certains fruits et légumes, et très connue pour son effet sur le teint, la vitamine A protège la peau. N’hésitez pas à intégrer fromage, œufs entier, huile de foie de morue, foie, persil ou légumes verts dans votre alimentation.

  • Les acides gras essentiels

Intégrez également des acides gras essentiels à votre alimentation. Les acides gras favorisent la régénération des cellules cutanées et donc la réparation de la peau. Faire le plein d’acides gras, c’est renforcer les défenses de la peau avant de l’exposer au soleil. Dans votre salade fraîcheur, utilisez de l’huile de pépins de raisin, puissant antioxydant et riche en bons lipides. Les poissons gras (saumons, thon ou sardine) sont également des sources d’acides gras essentiels, mais pas plus d’une fois par semaine.

2. Les produits autobronzants conventionnels : attention !

Les autobronzants conventionnels ne sont pas très naturels, tant en termes de composition qu’en termes de résultats sur le teint. Et pour cause : ils sont composés de DHA et vont vous donner un teint orangé/ doré très agréable et esthétique, mais totalement dépourvus de mélanine ! Ils ne vous aideront en aucun cas à contrecarrer les effets nocifs des ultraviolets et n’ont donc aucun effet protecteur.

3. Les cabines UV : à proscrire !

Evitez les séances UV : ils sont nocifs pour votre peau car ils favorisent le vieillissement et provoqueraient certains cancers. De plus, ces techniques de bronzage augmentent le risque de mélanome et accélèrent le vieillissement de la peau.

 

4. Evitez les gommages avant une exposition au soleil

Il n’est pas nécessaire de faire des gommages quotidiennement car cela affine et fragilise votre peau qui sera déjà exposée de plein fouet au soleil et à ses rayons UV… Pensez donc à faire des gommages doux, une à deux fois par semaine. Le gommage permettra un bronzage plus uniforme et durable. Les cellules plus jeunes qui « feront surface » après exfoliation seront plus vives que l’épiderme antérieur, plus épais.

 

AVEZ-VOUS PENSE A NOTRE GEL DOUCHE EXFOLIANT ?

Gel Douche

5. Sous le soleil, une protection et une hydratation maximale

Une fois au soleil, la règle d’or reste la protection : entre 12h et 16h, les rayons sont nos pires ennemis. Chapeau, vêtements, lunettes, ombre… La protection doit toujours être maximale pour bronzer en sécurité.

Il est recommandé de s’exposer progressivement, pendant de courtes périodes : à la pause déjeuner, en fin de soirée, et aux heures les moins dangereuses.

Un bronzage raisonnable et progressif favorisera l’épaississement de la peau, une première barrière de protection contre le soleil, grâce à la mélanine qui défend contre les UVB. Mais il est primordial de se protéger avec une crème solaire, efficace contre les UVA et les radicaux libres.

6. Cap sur un bronzage durable

Pendant et après l’exposition, l’hydratation est primordiale ! Boire beaucoup d’eau, appliquer des soins très hydratants pour une peau uniformément bronzée plus longtemps. Ces bonnes habitudes prolongeront la persistance de votre hâle.

DECOUVREZ LES SOINS HYDRATANTS MADAGAS’CARE

Huile Seche

7. Protégez-vous !

Une protection s’impose toujours en été. Utilisez un soin hydratant incluant un indice de protection de 30 ou de 20 minimum, ou appliquez une crème solaire par dessus votre soin visage. N’oubliez pas de protéger vos mains et votre décolleté, souvent négligés et pourtant très exposés, qui souffrent en premier lieu de l’excès de soleil.

A la mer : huile, spray, crème ou lait solaires ? Nous vous conseillons les crèmes :  les huiles et les sprays tiennent moins bien. Les sprays, par ailleurs, contiennent souvent de l’alcool et peuvent donc davantage dessécher la peau. Et on ne vous parle pas des dégâts dans les océans lorsque vous vous baignez…

 

Bel été les Mada’Stars !

Adoptez la green attitude dans votre salle de bain

Consommer responsable grâce à la Green Attitude !

Consommer RESPONSABLE, on entend ça partout… mais responsable de quoi ? Et consommer quoi alors ? Dans cet article Madagas’Care vous oriente vers la Green Attitude !

Consommer responsable, c’est d’abord se poser les bonnes questions :

Pour qui ? Pour tous ceux qui sont soucieux de leur santé, des générations futures, et de l’état de la planète !

Pourquoi ? Parce que la pollution induite par notre consommation, les solvants, les hormones, les perturbateurs endocriniens qui se glissent partout (de nos vêtements à notre cuisine), nous fragilisent de plus en plus.

Comment ? En adoptant des gestes responsables, simplement et sans se prendre la tête.

 

Réduire nos déchets !

La planète est en danger. Les espèces sont menacées, et in fine c’est l’humanité toute entière qui trinque. En ligne de mire : la surconsommation et l’astronomique quantité de déchets que nous produisons. Consommer responsable, ça ne veut pas dire se restreindre mais consommer autrement en mesurant l’impact de notre consommation.

Et chez nous, au quotidien, il est assez simple de changer ses habitudes pour réduire nos déchets. Pourquoi ne pas commencer par l’un des endroits où nous passons beaucoup de temps : notre salle de bain !

1. Adieu le coton

Et oui, on l’aime bien notre petit bout de coton qui nous démaquille et nous permet d’appliquer nos soins préférés… En réalité, il est une vraie menace !! 16% des pesticides utilisés dans le monde le sont pour la culture du coton… beurk… et cette blancheur, cette douceur, vous l’avez eu comment : avec plein de produits chimiques dessus !! re-beurk. Arrêter le coton jetable réduira considérablement votre volume de déchets, vous permet de ne pas cautionner une exploitation polluante et en plus vous fera faire des économies. L’alternative : la lingette réutilisable. Découvrez nos méthodes de démaquillage naturelle et les bienfaits de la lingette réutilisable dans notre article à ce sujet.

2. Adieu les cotons tiges

On ne va pas refaire le discours sur la surexploitation des champs de coton, une des cultures les plus polluantes du monde, ni sur le plastique qui se retrouve en microparticules dans nos océans…L’alternative au coton-tige : l’oriculi. Très répandu en Asie et au Japon notamment, on le retrouve de plus en plus souvent dans nos salles de bains occidentales. C’est une fine tige en acier ou en bambou, réutilisable donc, qui permet de « curer » l’oreille. En plus d’être zéro déchet, c’est bien plus efficace que le coton-tige qui a tendance à tasser le cérumen au fond de l’oreille alors que l’oriculi va ramasser les excédents…

Bonne nouvelle, dans quelques années, les cotons-tiges seront interdits (à lire ici), il est plus que temps de changer d’habitude !

3. Moins de produits dans nos salles de bains !

Nos rebords de lavabos regorgent de produits en tout genre. Pourtant, certains, même si on les apprécie beaucoup, ont une alternative « naturelle ». C’est par exemple le cas des produits exfoliants visage. L’éponge Konjac, une invention asiatique, gorgée d’eau elle se gonfle et devient un allié pour notre peau en l’exfoliant en quelques mouvements. Conçue à la base pour les bébés, si c’est bon pour eux, c’est aussi excellent pour nous !

4. Encore moins de plastique.

Le plastique c’est fantastique ? bof… quel objet anodin, utilisé chaque jour et indispensable, est en fait une autre menace ? La brosse à dents ! Je ne vais surement pas vous dire d’arrêter de vous brosser les dents ou d’utiliser votre doigt, non, il existe une alternative et vous ne sentirez aucune différence : la brosse à dents en bambou. Le manche est réutilisable, la tête (la brosse) est amovible : moins de déchets ! Conçue avec des matières végétales, elle est parfaitement biodégradable !

5. Du solide !

Enfin, nous vous invitons à découvrir les produits cosmétiques solides : shampoing, savon, déodorant, dentifrice… ils sont tout aussi efficaces, à base d’ingrédients naturels la plupart du temps. Leur avantage : plus compacts, leurs emballages sont moins volumineux. Plus denses, ils durent plus longtemps. Plus naturels, leur composition diminue la pollution des eaux !

Et si on allait plus loin ?

Depuis plusieurs années, nous avons pris conscience que notre alimentation et la qualité des aliments étaient essentiels : manger bio, manger équilibré, manger 5 fruits et légumes, manger moins salé ! C’est bien, mais il ne faut pas faire attention qu’à notre assiette ! Notre peau aussi « mange »… elle mange toute l’atmosphère qui nous entoure mais surtout elle ingère tous les produits que nous lui appliquons et qui pénètrent directement dans notre organisme… Une alimentation saine, évidemment, mais il est essentiel aussi d’adopter une cosmétique saine !

C’est pour cela que nous avons créé Madagas’Care Cosmétiques. Véritable alternative à la cosmétique conventionnelle, souvent composées d’ingrédients de synthèse issues de la pétrochimie… vous vous mettriez du gasoil sur la peau ? Pétrole versus Aloe Vera ? Phénoxyethanol versus Huiles Végétales ? Privilégiez des produits avec des actifs naturels, votre peau vous remerciera !

Oh, on entend la petite voix là : non, tous les produits naturels ne sentent pas le gazon et oui, ils ne sont pas miraculeux en 2 jours (comme le laisse penser certaines marques) !

Prendre soin de soi, de sa peau et de l’environnement prend du temps, mais cela permet de garder une peau saine et une bonne santé sur le long terme. Alors dites-le avec nous : YES WE CAN, YES WE ARE GREEN ! Etre éco-responsable dans la salle de bains ne demande pas beaucoup d’efforts, juste de changer d’habitudes ! Vous êtes converties, convertissez à votre tour !